Publié le - 2214 hits -

Taux très réduit des joueurs contribuant au succès des casinos

En France, bon nombre de casinos, surtout ceux qui se trouvent en station balnéaire justifient leur baisse de recettes par la baisse de nombre des visiteurs ou plutôt par la baisse de taux de fréquentation. La réalité est toutefois tout à fait autre. Les joueurs qui font vivre un casino représentent une proportion très faible de l’ensemble des joueurs de cet établissement. Explication.

Ce n’est pas vraiment le nombre de joueurs qui compte

La Harvard Medical School et Bwin.Party vient d’élucider cette question en faisant, conjointement, des enquêtes. Le résultat n’a pas été vraiment surprenant, car il s’agit d’un fait déjà connu par la plupart des acteurs dans le monde des jeux d’argent. Eh oui, le secteur du jeu dépend en grande partie d’une proportion très réduite des joueurs qui parient et perdent des sommes très importantes. Sans cette proportion des joueurs, aucun casino ne pourrait survivre, notamment en cette période de crise.
En France, les rapports trimestriels établis par l’ARJEL confirment régulièrement ce fait. Dans le dernier rapport par exemple, l’autorité a évoqué que les 60 % des mises proviennent du 1 % des joueurs en ligne. Le chiffre augmente à 90 % si l’on étend la proportion des joueurs à 10 %. Ce phénomène ne concerne pas seulement les jeux en ligne autorisés en France (Poker, paris sportifs, jeux de grattage). D’après le résultat d’étude de la Harvard Medical School et de Bwin.Party Digital, il s’agit d’un fait lié également aux jeux de casino en ne citant que la roulette, les machines à sous et le Blackjack.
Le résultat de ces études a été obtenu par un examen approfondi des données contenant les historiques de 4222 individus ayant déjà misé sur les sites de Bwin.Party de 2005 à 2007. L’opérateur de jeux a estimé cet échantillon suffisant pour en tirer des conclusions intéressantes. Un résultat similaire a été obtenu suite à un examen des données de 18 000 habitués d’un casino nord-américain.

Des chiffres à l’appui

Le Wall Street Journal était le premier à révéler le résultat de ces études. Il le détaille dans une de ses publications du 11 octobre dernier. Selon le journal américain, la moitié des revenus du casino proviennent de 2,8 % des joueurs, et les 80 % de 10,7 % des joueurs. Ces derniers ne ressortent pas toujours gagnants. Les 10 % des joueurs qui parient plus, selon le résultat de l’étude, perdent de l’argent dans 95 % des cas et les 10 % des joueurs qui parient moins d’argent le perdent dans 83 % des cas. La chance de jouer et de gagner en une seule journée est en moyenne de 30 %. Plus le nombre des joueurs où l’on joue augmente, plus ce pourcentage se réduit. D’ailleurs, dans la plupart des cas, ces gains n’atteignent pas les 150 dollars.
Les joueurs qui ont trouvé leur argent de plus de 5000 dollars s’envoler au cours d’un jeu sont 31 fois plus importantes que ceux qui ont remporté le même montant. Les casinos pourraient donc être encore plus performants s’il n’y avait pas les divers dispositifs anti-addiction.